L’apprentissage de la propreté

par Alexandra

Il n’existe pas de méthode infaillible pour apprendre à votre tout-petit à aller sur le pot, pas plus que de règles rigides qui s’appliquent à tous les enfants et à toutes les situations. Restez détendue et patiente, c’est la meilleure chose à faire. Autrefois, certaines mères commençaient à habituer le bébé peu après sa naissance en le mettant au-dessus du pot avant, après, ou parfois pendant son repas ; de temps à autre, elles obtenaient le résultat escompté. Cela économisait une couche de temps en temps, ce qui était apprécié avant qu’il y ait des machines à laver. Hormis cet avantage, cette méthode est inefficace. Maintenant la plupart des parents préfèrent attendre plus longtemps le moment propice. Il n’y a aucune raison pour commencer avant que le petit soit prêt.

Quand faut-il commencer ?

Certaines manifestations chez l’enfant vous indiquent le moment où il faut commencer. Comprend-il et exécute-t-il des demandes simples de votre part ? Est-ce que sa couche est sèche lorsque vous la changez ? Avec l’âge, sa vessie peut contenir une plus grande quantité d’urine, C’est un processus progressif, et, comme pour d’autres stades de développement, tous les enfants ne progressent pas au même rythme.

En règle générale, si votre enfant urine plus souvent que toutes les heures et demie ou deux heures, il vaut mieux attendre un peu. Tenez compte également d’autres signes : si votre enfant est laissé sans couche (dans le jardin, par exemple), fait-il le rapport entre son corps et la mare qui se forme à ses pieds occasionnellement ? Est-il curieux lorsque d’autres personnes utilisent les toilettes ? Est-il gêné lorsque sa couche est mouillée ou sale, et fait-il la différence avec une couche propre ?

Il n’est pas toujours facile de répondre avec certitude à ces questions, mais rien ne vous empêche d’essayer le pot, même si vous n’êtes pas sûre que votre enfant soit prêt. Si l’essai n’est pas concluant renoncez-y pour un temps, avant que l’un de vous deux en ait assez. Sachez aussi que “peu d’enfants sont prêts avant l’âge de 18 mois, et la majorité d’entre eux passent le cap vers l’âge de 2 ans. Les garçons sont généralement un peu plus lents que les filles” affirme Claire Biron, puéricultrice et consultante sur Femmes References.

À noter qu’il est possible que votre enfant aime rester assis sur le pot s’il peut s’occuper en regardant son livre favori.

Le choix du pot

Le pot a un avantage : il est portatif. Vous pouvez l’apporter rapidement à votre enfant, ou il peut aller le chercher lui-même. Le temps est précieux avec un petit qui n’arrive pas à se retenir très longtemps. Le fond doit être large pour assurer une bonne stabilité quand l’enfant se lève brusquement.

Comment présenter le pot ?

L’heure du bain est le moment propice pour lui présenter le pot tout en lui expliquant au passage son usage. Suggérez qu’il s’asseye dessus pour l’essayer. Si votre enfant réussit à faire quelque chose, félicitez-le mais sans excès, car lorsqu’il ne fera rien il pensera qu’il est « méchant ». S’il fait des progrès, donnez-lui une petite récompense. Vous pouvez augmenter la fréquence des séances sur le pot si cela ne lui déplaît pas. Par contre s’il est malheureux, ralentissez un peu le rythme.

Un petit enfant très actif sera fâché d’être obligé de passer plus de quelques secondes sur le pot à chaque fois. Vous pouvez essayer de regarder un livre avec lui pour le détendre. S’énerver et le forcer à rester sur le pot est à l’inverse du but recherché ; cela risque de le braquer complètement.

Arrivera le moment où vous pourrez le laisser se promener sans couche dans la maison tout en lui posant la question de temps à autre. Le pot doit être situé dans un endroit pratique et rapidement accessible. Si vous habitez une maison qui comporte plus d’un étage, il vaut mieux avoir un pot par étage. Si vous devez sortir, encouragez-le à y aller avant. Vous pouvez lui mettre une couche, mais le fait de la porter à certains moments seulement risque de le dérouter.

Si vous allez chez des amis proches ou des parents, il vaut mieux que vous apportiez le pot afin de prévenir les « accidents ».

Bon à savoir : Il existe des pots de toutes formes et de toutes tailles. Le plus confortable est celui qui ressemble à un siège. Pour un garçon, choisissez un modèle dont le devant remonte.

Un enfant plus grand grimpera plus facilement sur le siège des toilettes grâce à une marche. Celle-ci peut également servir au petit garçon qui veut faire pipi debout. Un siège qui s’adapte sur celui des toilettes et réduit la taille de la cuvette, rassure le tout-petit et évite d’avoir à le tenir.

Pour lui apprendre à être propre

  • Ne vous basez pas sur ce que font les autres enfants ; choisissez le moment où votre enfant semble prêt.
  • Faites attention à certains signes : indique-t-il que sa couche est sale en tirant dessus ou en se tortillant ?
  • Félicitez-le (sans excès) s’il se sert du pot, mais ne dites rien s’il ne l’utilise pas.
  • Au début, mettez-lui des vêtements faciles à ôter.
  • Prenez l’habitude de garder toujours un change avec vous en cas d’« accident ».
  • Un garçon commence par s’asseoir sur le pot pour uriner ; il est inutile d’insister pour qu’il reste debout, jusqu’à ce qu’il trouve cela plus facile.
  • Il vaut mieux que ce soit un adulte qui lui essuie les fesses de façon efficace et hygiénique plutôt que lui.
  • Installez le pot toujours au même endroit pour l’habituer à un lieu.

Les « accidents »

Lorsque votre enfant ne portera plus de couches dans la journée, vous serez à la merci d’accidents occasionnels. C’est une étape inévitable de l’apprentissage, et de l’enfance en général. Quelquefois vous aurez des doutes sur le côté accidentel de la chose, mais n’oubliez pas qu’à 2 ans ou moins, il est difficile d’avoir le contrôle nécessaire pour demander le pot au milieu d’un jeu passionnant.

Souvent les accidents sont liés au fait d’avoir trop attendu. A d’autres moments, il est possible que votre enfant ne se rende pas réellement compte qu’il a besoin d’aller sur le pot. Il faut également veiller à ne pas trop exagérer l’importance d’avoir une culotte toujours propre, ni s’écrier d’horreur lorsqu’elle est souillée. C’est inconfortable et peu commode, mais cela s’arrête là.

apprendre la propreté

Les difficultés d’apprentissage

Il est possible qu’au début vous n’ayez pas l’impression qu’il fait des progrès. Une bonne journée sera suivie de plusieurs autres où il régressera et où vous passerez plus de temps à nettoyer le sol qu’à vider le pot. Si cela arrive, faites une pause. Soit votre enfant n’est pas prêt, soit il traverse une phase de perturbation. Mettez-lui à nouveau des couches pendant quelques semaines.

Une autre situation assez fréquente est d’avoir un enfant qui contrôle sa vessie mais pas ses intestins. Cela se passe généralement dans l’ordre inverse, mais pas systématiquement. Certains enfants préfèrent attendre, pour faire une selle, d’avoir une couche (pendant la sieste ou la nuit, par exemple), Soyez patiente et cela s’arrangera avec le temps.

Vous devez néanmoins vérifier que votre bébé n’est pas constipé.

Habituez-le à d’autres toilettes

Il est recommandé d’habituer votre enfant à plusieurs pots dès le début. S’il est trop dépendant d’un pot en particulier, cela lui posera des problèmes lorsque vous serez à l’extérieur ; dans ce cas, il faudra transporter son pot partout pendant des mois. Lorsqu’il sera prêt pour les toilettes des adultes, vous pouvez vous procurer un siège spécial qui s’adapte sur la cuvette. Si vous êtes à l’extérieur, rassurez-le en le tenant très fermement au-dessus de la cuvette. Partez tous les deux à la recherche des toilettes dans tous les endroits où vous vous trouvez ; exploitez sa curiosité naturelle en disant par exemple : « Allons voir de quelle couleur sont les toilettes de tante Nicole… »

Au-dehors

Lorsque vous serez à l’extérieur, il est probable que votre enfant ait besoin d’aller sur le pot ; il ne sera peut-être pas pratique de trouver un endroit à l’écart. N’hésitez pas à demander aux vendeurs du magasin s’il existe des toilettes réservées au personnel que vous pourriez utiliser. Quand vous partez en voiture et que vous pensez que votre enfant dormira tout le long du chemin, vous pouvez lui faire porter un pantalon en épais tissu éponge, afin de ne pas saper sa confiance en lui remettant une couche.

apprendre la propreté

La nuit au sec

Peu d’enfants arrivent à rester au sec la nuit, alors qu’ils sont propres dans la journée. Il faut souvent une couche plus absorbante la nuit pendant encore quelques mois. Vous pouvez essayer de l’encourager à faire dans le pot avant d’aller au lit, mais il est peu probable qu’il puisse se contrôler pendant toute une nuit.

Remettre la propreté à plus tard

Certains parents préfèrent attendre l’âge de 2 ans ou plus pour l’apprentissage de la propreté. Quelle que soit votre décision, choisissez une période où il est coopératif, et non celle par exemple où « non » est son mot de prédilection. Si vous avez un pot à la maison depuis un certain temps, et s’il est utilisé par un autre enfant, votre petit sera sûrement très content de l’essayer lui aussi. Il est possible également que votre enfant saute complètement le stade du pot et utilise directement les toilettes. Il faut simplement lui expliquer ce que vous attendez de lui, ou demander à un autre enfant d’en faire la démonstration. Puisque votre enfant est assez grand pour comprendre, il va peut-être y prendre goût rapidement et sans histoires. Le principal inconvénient de cette façon de procéder est le fait qu’il utilisera des couches plus longtemps.

Vous aimerez aussi :

Un petit mot ? (Les commentaires sont modérés avant validation, pour éviter les spams)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Notre site internet utilise des cookies pour vous offrir une navigation optimale et des contenus personnalisés. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Accepter En savoir plus